CBD contre insomnie – Le CBD comme aide au sommeil

Une bonne nuit de sommeil est essentielle à votre santé et à votre bien-être général. Les experts recommandent aux adultes de dormir sept à neuf heures chaque nuit. Un bon sommeil permet de se sentir bien reposé et d’avoir de l’énergie pour la journée suivante. Une bonne nuit de repos contribue également à la formation de la mémoire, à la croissance et à la réparation des muscles et des tissus, et prévient les maladies. Malheureusement, s’endormir ou rester endormi peut être difficile pour certains types de dormeurs. Pas moins de 70 % des Suisses déclarent ne pas dormir les heures recommandées, et près d’un tiers des travailleurs suisses dorment moins de six heures par nuit. Les solutions pour mieux dormir et éviter le manque de sommeil varient. Parmi les approches possibles, citons l’amélioration de l’hygiène du sommeil, les somnifères sur ordonnance et les somnifères naturels. Une stratégie de plus en plus populaire pour mieux dormir consiste à prendre du cannabidiol (CBD), un dérivé du cannabis. Le CBD est couramment utilisé pour améliorer le sommeil et diminuer l’anxiété. Cependant, la réglementation du CBD en Suisse est limitée, et des recherches supplémentaires doivent être menées pour déterminer les effets exacts du CBD sur le sommeil et d’autres problèmes de santé physique et mentale.

À propos du cannabis et des cannabinoïdes

Bien qu’il existe de nombreux termes argotiques différents pour désigner la plante verte à feuilles étroites que vous reconnaissez peut-être, cette plante est scientifiquement appelée Cannabis sativa. Le mot « cannabis » peut être utilisé pour décrire tous les produits fabriqués à partir de cette plante. La plante de cannabis contient de multiples composés chimiques, dont un groupe appelé « cannabinoïdes ». Sur plus de 100 cannabinoïdes, les chercheurs ont principalement étudié deux d’entre eux qui semblent avoir le plus grand impact sur l’homme : le tétrahydrocannabinol (THC) et le CBD.

Qu’est-ce que le tétrahydrocannabinol (THC) ?

Les effets les plus connus du cannabis, tels que la « défonce », sont causés par le cannabinoïde THC. Le terme « marijuana » désigne spécifiquement les parties de la plante Cannabis sativa qui contiennent du THC. Les plantes de cannabis et leurs dérivés qui contiennent moins de 0,3 % de THC sont classés comme « chanvre ». Depuis 2018, le chanvre n’est plus défini comme une substance contrôlée par le gouvernement fédéral  Suisse. Par conséquent, on assiste à un afflux de produits liés au chanvre sur le marché  Suisse. Ces produits sont généralement commercialisés en tant que produits à base de CBD.

Qu’est-ce que le cannabidiol (CBD) ?

Le CBD, l’autre cannabinoïde le plus connu, peut être vendu légalement en Suisse lorsqu’il est extrait du chanvre et commercialisé conformément à la réglementation en vigueur. Le CBD n’a pas de propriétés psychoactives et n’entraîne pas les mêmes effets que le THC. De plus, le CBD n’a pas d’effets qui entraîneraient une dépendance potentielle ou un risque d’abus. Le CBD est une substance de plus en plus populaire en Suisse. Bien que de nombreux avantages pour la santé aient été attribués au CBD, dans la plupart des cas, la validité scientifique de son efficacité n’est pas encore claire.

Le CBD est-il approuvé par  l’autorité médicale ?

Seuls quelques produits pharmaceutiques dérivés du cannabis ou liés au cannabis sont approuvés par  l’autorité médicale en Suisse :

Alternative 1.

Cette solution orale de CBD a été le premier médicament contenant une substance purifiée dérivée du cannabis approuvé par  l’autorité médicale. Le médicament est approuvé pour le traitement des crises dans les formes rares et sévères d’épilepsie, le syndrome de Dravet, le syndrome de Lennox-Gastaut et le complexe de sclérose tubéreuse pour les patients âgés de deux ans et plus. Bien qu’il ait été démontré qu’il réduisait d’autres types de crises, il n’a pas encore été approuvé par  l’autorité médicale pour le traitement de ces crises.

 Alternative 2 (2 propositions).

Ces deux médicaments contiennent du dronabinol, une forme synthétique de THC. Ils se présentent sous forme de capsules ou de solutions orales. Le dronabinol affecte la partie du cerveau qui contrôle l’appétit, les nausées et les vomissements, de sorte que ces médicaments ont plusieurs usages thérapeutiques. Ces utilisations comprennent le traitement des nausées et des vomissements chez les patients en chimiothérapie et le traitement de la perte de poids chez les patients atteints du VIH.

Alternative 3

Il contient du nabilone, un composé synthétique dont la structure chimique est similaire à celle du THC. Comme le dronabinol, cette capsule affecte également la partie du cerveau qui contrôle les vomissements et les nausées. Le médicament est prescrit aux patients recevant une chimiothérapie qui n’ont pas répondu à d’autres traitements contre les nausées et les vomissements.  L’autorité médicale n’a approuvé aucun autre médicament à base de CBD. L’agence n’a pas déterminé la sécurité et l’efficacité du cannabis ou du CBD dans le traitement d’une condition ou d’une maladie particulière.

Sous quelles formes se présente le CBD ?

Il existe plusieurs formes courantes de CBD :

  • Hallucinations hypnagogiques
  • Homme endormi en proie à des hallucinations hypnopompiques
  • Hallucinations hypnopompiques
  • Homme sursommeillé
  • Sommeil à l’envers
  • Solutions orales, telles que le médicament, approuvé par l’autorité médicale.
  • Les sprays oraux qui s’appliquent sous la langue
  • Huiles et teintures, parfois décrites comme des gouttes ou des gouttelettes
  • Les vapes et les jus de vaporisation à utiliser dans un stylo de vaporisation.
  • Les articles comestibles, tels que les gommes, les chocolats ou les biscuits, et les boissons, telles que les cafés et les thés.
  • Les pilules et les capsules
  • Les solutions topiques, notamment les lotions, les crèmes, les patchs, les gels et les onguents.

Quelles sont les doses courantes de CBD ?

L’autorité médicale ne réglemente pas le dosage des produits à base de CBD non médicamenteux. Par conséquent, la quantité de CBD contenue dans les produits varie considérablement d’une forme à l’autre. Les recherches montrent que des doses orales de 300 mg de CBD peuvent être prises quotidiennement en toute sécurité pendant six mois. Une revue scientifique a montré que la prise de jusqu’à 1 500 mg par jour était bien tolérée par les participants. Une étude ultérieure a confirmé que l’utilisation de 1 500 mg par jour pendant quatre semaines n’avait pas d’effets négatifs.

Malheureusement, la teneur en CBD indiquée sur l’étiquette d’un produit n’est pas nécessairement la quantité que le produit contient réellement, ce qui peut amener les gens à prendre plus ou moins de CBD que prévu. Une analyse de 84 produits à base de CBD vendus en ligne a montré que 26 % des produits contenaient moins de CBD que ce que l’étiquette indiquait. La même analyse a montré que près de 43 % des produits étaient sous-dimensionnés, c’est-à-dire qu’ils contenaient beaucoup plus de CBD que ce qui était indiqué sur l’étiquette. Bien que le CBD à des doses plus élevées ne semble pas avoir de conséquences négatives graves, ces produits peuvent également contenir des niveaux de THC plus élevés que ceux indiqués sur l’étiquette. D’autres produits à base de CBD peuvent contenir du THC qui n’est pas du tout indiqué sur l’étiquette. Le THC contenu dans ces produits peut produire des effets intoxicants, qui peuvent être souhaités ou non. Voir le site topcbd.ch pour en savoir plus, tout en sachant que pour les questions médicales il faut vous adresser à votre médecin

 

 

VÉLOS ÉLECTRIQUES – CONSEILS PRATIQUES SUR LA MODE E BIKE EN 2021

Lorsque notre équipe rédactionnelle a décidé de faire cet article, elle avait beaucoup de doutes. Pour nous,  le vélo n’était associé qu’au vent dans les cheveux, à la liberté et parfois à la sueur qui coulait dans notre dos. Pas d’assistance, pas d’encouragements, pas d’installations. Nous avons  regardé les vélos à moteur électrique ou à combustion avec une grande distance. Ils sont plus lourds, plus chers, et de toute façon, pourquoi aurions nous besoin d’un tel vélo ? Exactement… pour nous. Nous nous sommes retranché dans notre propre position, ne voyant pas du tout les besoins des autres. Récemment, nous avons  eu le plaisir de rouler sur un vélo à moteur électrique (son essai est paru sur le blog) et nous avons  changé d’attitude à leur égard. Nous n’allons pas passer à l’e-bike (du moins pas maintenant), mais nous avons  remarqué leur grand potentiel et vérifié mon opinion sur les vélos électriques.

Quel vélo électrique acheter ?

Ce qu’offre un vélo électrique. Permettez-nous de commencer par les possibilités que nous offre un vélo électrique. L’Union européenne nous freine un peu dans notre désir de profiter pleinement des avantages de l’électricité, mais c’est peut-être une bonne chose, après tout, il s’agit toujours d’un vélo et non d’un scooter. Dans tous les cas, la puissance du moteur d’une bicyclette électrique ne peut dépasser 250 watts, et le courant qui l’alimente peut avoir une tension maximale de 48V. En outre, la conduite peut être assistée uniquement en cas de pédalage et désactivée lorsque la vitesse dépasse 25 km/h. En Pologne, cette question est régie, entre autres, par la loi sur la circulation routière.

Bicyclette – véhicule (…) propulsé par la force musculaire de la personne qui le conduit ; une bicyclette peut être équipée d’un moteur électrique auxiliaire actionné par la pression exercée sur les pédales, alimenté par une tension ne dépassant pas 48 V, d’une puissance nominale continue ne dépassant pas 250 W, dont la puissance diminue progressivement et tombe à zéro après avoir dépassé une vitesse de 25 km/h. En un mot, un tel vélo N’EST PAS un scooter électrique et vous ne pouvez pas le conduire en utilisant un moteur électrique sans pédaler. Un tel moteur ne doit que nous soutenir, et non le remplacer complètement. Au fait, nous vous invitons à regarder l’épisode sur les conseils pour la bonne pratique du vélo, dans lequel nous dissipons les mythes sur les vélos électriques.

Pour qui un vélo électrique

À quoi peut donc servir un moteur électrique dans un vélo ? Les personnes âgées me viennent d’abord à l’esprit. On connait quelques retraités qui faisaient du vélo, mais leur santé ne leur permet plus de continuer. Même une petite colline suffit pour qu’ils soient obligés de descendre du vélo. Lorsque vous conduisez un vélo électrique, vous n’avez souvent même pas besoin d’utiliser la force pour pédaler, il vous suffit de le mettre en mouvement. Ce type de vélo est également idéal pour les jeunes dont la santé ne leur permet pas d’utiliser un vélo traditionnel.

Vélos électriques

Le deuxième groupe est celui des vététistes, qui aiment descendre, mais pas nécessairement monter. Il est indéniable que la montée de collines escarpées demande une énorme quantité d’énergie et de temps. Ce qui, bien sûr, compense la descente ultérieure, mais la question se pose : et si vous pouviez monter la montagne comme un skieur ou un descendeur ? Malheureusement, il n’y a pas beaucoup de routes avec des ascenseurs préparés pour les cyclistes. Et là, une solution intéressante est un bon vélo électrique (avec un moteur à couple élevé). Cela facilitera la montée de la montagne et permettra plus de descentes.

Le troisième groupe est celui des cyclistes urbains.

Le mouvement, c’est la santé, mais cela peut malheureusement se terminer par des vêtements en sueur. Cela peut se produire de différentes manières, il y a des gens qui transpirent même en roulant à un rythme lent et il n’y a rien que vous puissiez faire à ce sujet. Et nous vous dirons que nous ne croyons pas qu’un vélo électrique puisse changer grand-chose dans un tel cas. Nous pensons que ça irait juste plus vite, mais en pédalant de la même façon. Elle avait  terriblement tort. En roulant sur un vélo à moteur électrique, on ne transpirera  pas du tout. Zéro.  Rien. Et ce, en roulant pratiquement tout le temps à 25 mph, ce qui est la limite de la direction assistée. Si nous voulons nous rendre au travail en chemise sèche, nous envisageons d’acheter un tel vélo.

Le quatrième groupe est constitué de touristes ambitieux qui manquent de pouvoir. Nous ne savons  pas comment appeler ce groupe, mais nous espèrons que vous comprenez ce que nous voulons dire. Il y a des gens qui voudraient aller faire de la piste à Lausanne ou en montagne en Genève. Mais ils se rendent compte que physiquement, ils ne pourront pas le faire. Ou ils peuvent, mais cela leur prendra deux mois, et ils n’ont pas autant de temps. Ou encore, un homme aime le vélo et veut aller quelque part avec sa femme, qui n’aime pas trop le vélo et se décourage rapidement. Et on en arrive à ce qu’il se fatigue à aller trop lentement et qu’elle se fatigue en général .  Sur un vélo électrique, vous pouvez maintenir une vitesse de 23-25 km/h sans trop d’effort, ce qui constitue une très bonne vitesse de randonnée.  Et puis, pendant le trajet, il peut s’avérer qu’il respire à peine en montant la côte et qu’elle le dépasse en même temps . Comme vous pouvez le constater, les vélos électriques ne sont pas faits pour les paresseux. Les paresseux n’utiliseront même pas un vélo électrique. En outre, lorsque vous utilisez un vélo électrique, vous pouvez régler le niveau d’assistance (ou le désactiver complètement) et ne l’utiliser que lorsque cela est nécessaire, par exemple lors d’une montée raide, contre le vent ou en cas de manque de puissance.

 

Comment faire avec le déménagement poêle à bois ?

Le moment doit venir : quitter ses parents

Comment s’y préparer ? La réponse à cette question dépend principalement de la façon dont on comprend le concept de préparation dans ce contexte. D’un point de vue logistique, il est bon de commencer à préparer le déménagement 2 à 3 semaines avant la date du déménagement. Vous pouvez ensuite commencer à emballer les vêtements, les livres, la plupart des ustensiles de cuisine et quelques meubles. Si le déménagement est de courte distance, vous pouvez facilement prendre congé de votre travail ou planifier cette journée importante.

D’un point de vue officiel

Les préparatifs doivent commencer 2 à 3 mois avant le déménagement. C’est le moment où il convient de notifier toutes les institutions qui pourraient être intéressées de près ou de loin par le changement du lieu de résidence. Les aspects psychologiques du déménagement doivent également être pris en compte. Il arrive que l’on entende dire que le déménagement spontané est une meilleure solution, car il permet de s’épargner du stress en prenant une décision rapide. C’est une très mauvaise approche. Changer l’environnement immédiat est toujours une expérience importante pour chaque membre de la famille. Il est nécessaire de se préparer mentalement à une telle étape, ne serait-ce que pour ne pas se laisser emporter par le stress qui ne manquera pas d’apparaître dans ce nouvel environnement. Même s’il s’agit d’un environnement extrêmement convivial et sûr.

Quels sont les moyens d’économiser de l’argent sur un déménagement ?

Le coût d’un déménagement dépend de plusieurs facteurs. Il s’agit notamment de la distance du déménagement, de la quantité et du type de biens transportés, et des responsabilités confiées à l’entreprise de déménagement. Certains de ces facteurs, comme la distance, sont hors de votre contrôle. Toutefois, la quantité d’objets déplacés ou les responsabilités des employés de l’entreprise de déménagement peuvent être facilement contrôlées et ont donc une réelle influence sur les coûts de l’ensemble de l’opération.

Comment faire ?

C’est simple : il suffit de se débarrasser de certaines choses. Chacun d’entre nous possède de vieux vêtements ou meubles, des appareils électroniques inutilisés, de la vaisselle ou un très grand nombre d’objets quelconques, qui ont pu être utiles dans le passé, mais dont on ne sait pas quoi faire aujourd’hui. Ces articles peuvent être jetés à la poubelle, donnés gratuitement aux personnes dans le besoin ou intéressées, ou donnés à des institutions qui en feront bon usage. Il est également possible de réduire les frais de déménagement en faisant certaines choses soi-même. Il s’agit principalement d’emballer de petits objets dans des boîtes en carton, des sacs ou des valises. De nombreuses entreprises de déménagement permettent à leurs clients de le faire eux-mêmes et proposent, par exemple, un service de location de cartons le temps du déménagement. Toutefois, il convient de rappeler que, dans certains cas, si un client interfère avec le travail d’une entreprise de déménagement, il peut en résulter l’impossibilité de signer un contrat d’assurance pour les biens transportés. Ces informations doivent être incluses dans le contrat entre l’entreprise et le client.

Le déménagement est une excellente occasion de se débarrasser de choses inutilisées.

Le déménagement est certainement la meilleure occasion de se débarrasser des équipements inutiles ou inutilisés de votre maison. Et ce, pour deux raisons principales. Tout d’abord, moins vous aurez de choses à déplacer, plus l’opération sera efficace et moins coûteuse. En outre, un changement de domicile ou de bureau est l’occasion idéale d’investir dans de nouveaux meubles ou équipements, en jetant les anciens ou en les donnant à quelqu’un qui en aura besoin. Il existe donc plusieurs façons de se débarrasser des choses inutiles. Le plus simple est de les jeter à la poubelle, mais vous ne devez le faire que s’ils sont vraiment vieux ou cassés. Sinon, vous pouvez les donner, que ce soit à des organisations caritatives (par exemple, des vêtements propres et lavés), à des bibliothèques (livres non lus et non désirés), ou les exposer gratuitement ou contre rémunération sur des sites web créés à cet effet (meubles, appareils électroménagers, ustensiles de cuisine, tapis, rideaux, etc.)

En fait, tout objet inutile, mais restant en bon état, peut être donné à quelqu’un qui en aura certainement l’utilité. Si personne ne souhaite prendre en charge certains de vos biens, vous pouvez vous en débarrasser en faisant appel aux services d’une entreprise d’enlèvement des déchets.

Comment faire ses valises de façon intelligente ?

Il y a deux opinions contradictoires sur le fait de faire ses bagages avant de déménager. Pour certaines personnes, c’est de loin la partie la plus agréable du déménagement, alors que pour d’autres, c’est un véritable cauchemar. La véritable différence entre les deux groupes de personnes ne réside pas vraiment dans l’approche, mais dans la planification et l’exécution de l’ensemble de l’opération. L’emballage de vos biens, effectué au bon moment, vous permet non seulement de disposer et de sécuriser correctement tous les articles que vous déménagez, mais constitue également une excellente raison de faire le point sur vos biens et de vous débarrasser des choses inutiles. C’est pourquoi vous pouvez commencer à faire vos premiers cartons même plusieurs semaines avant votre déménagement. Vous pouvez ensuite emballer certains de vos vêtements, votre vaisselle, vos articles de saison ou vos livres. Il y a de fortes chances que tous ces petits objets constituent une très grande partie de vos possessions et les emballer tôt sera une excellente solution pour rendre l’ensemble de l’opération beaucoup plus efficace. En outre, n’oubliez pas d’emballer les articles spécifiques de manière appropriée, de préférence dans des boîtes en carton et un film de protection – à bulles ou extensible. Les articles fragiles doivent être transportés dans des colis étanches remplis d’une mousse spéciale qui amortit les vibrations, ou dans leur emballage d’origine. Certains meubles peuvent être démontés, mais en cas de dimensions plus importantes, il est préférable de demander l’aide des employés de la société de déménagement. voir topdemenagement.ch pour en savoir plus !

 

Louer un utilitaire en Suisse ? Voici 20 conseils à lire absolument

Vous envisagez de louer une voiture en Suisse et vous avez besoin de quelques conseils ? La Suisse est un petit pays où il est assez facile de se déplacer. Beaucoup de visiteurs choisiront de voyager en transports publics, mais pour une liberté ultime, il est préférable de louer une voiture en Suisse.

Voici quelques-uns de nos meilleurs conseils pour louer une voiture en Suisse !

Faits concernant la Suisse

Le choix de votre véhicule de location est important en fonction du type de routes que vous prévoyez de parcourir. Un véhicule plus grand (par exemple, un robuste 4×4) conviendra parfaitement si vous vous déplacez de ville en ville sur les autoroutes très efficaces du pays, mais pas si vous prévoyez de visiter des villages cachés dans des vallées accessibles uniquement par des routes de montagne étroites et sinueuses.

Louer une voiture en Suisse

N’oubliez pas que les voitures sont disponibles en deux types : manuelles et automatiques. Les manuelles sont toujours moins chères et plus abondantes en Europe. Si vous n’avez jamais conduit de voiture manuelle, ce n’est pas le moment de commencer à apprendre à l’étranger, surtout pas dans les montagnes suisses. Optez pour la boîte automatique. Et si vous vous sentez d’humeur écologique, vous pouvez opter pour une option électrique. Si vous voyagez en Suisse pendant les mois d’hiver, vous devez vous assurer que vous êtes familiarisé avec la conduite dans la neige et les conditions glissantes. Vous devrez également vous assurer que votre voiture est équipée de pneus d’hiver.

Coûts initiaux de la conduite en Suisse

Avant même que vous ne commenciez à conduire et à remplir vos nouvelles roues de délicieux diesel ou gaz (selon le cas), la location d’une voiture en Suisse vous coûtera en moyenne 359 CHF  par semaine. Cela représente 51 CHF  par jour. Ce prix comprend également la taxe gouvernementale de 6,5 % sur les voitures de location en Suisse, à laquelle s’ajoute une taxe de 12 % qui est standard pour les locations dans les aéroports du pays. Cela signifie que vous voudrez peut-être récupérer votre voiture plus loin des aéroports. Donc, lorsque vous voyez les prix, optez pour une prise en charge dans un centre-ville pour ne pas payer ces frais. C’est la moyenne, bien sûr. En fonction de la période de l’année, le prix peut être beaucoup plus élevé (les fêtes de fin d’année, Pâques et les vacances d’été, pour être exact). Bien entendu, si vous réservez en ligne et à l’avance, vous obtiendrez presque certainement des résultats plus avantageux

. Essence ou diesel ?

Le coût de l’essence et du diesel varie d’un pays à l’autre. En règle générale, il est plus cher le long des autoroutes (appelées Autobahns) que sur les routes secondaires ou dans les villes. Et il est plus cher qu’aux États-Unis si c’est de là que vous venez. L’essence sans plomb est la norme en Suisse ; vous la trouverez dans les pompes vertes des stations-service. Le diesel est également présent partout. Cela peut changer, évidemment, mais en général, c’est 1,40 CHF (francs suisses) par litre pour le sans plomb, 1,20 pour le diesel.

Assurance pour les voitures de location en Suisse

L’assurance automobile est, heureusement, souvent incluse dans le prix de la location d’une voiture en Suisse. Il est illégal de conduire sans assurance voiture, donc la plupart du temps, elle fera partie du coût final de votre voiture de location. Si vous voyagez en Suisse en couple ou en groupe et que quelqu’un d’autre veut conduire, vous devrez le spécifier lorsque vous irez chercher la voiture et l’inscrire comme conducteur désigné pour qu’il soit couvert par l’assurance. Vous pouvez aussi vérifier si votre carte de crédit comporte une assurance pour la location de voitures.

Prenez la bonne carte de crédit

En effet, si vous avez une carte de crédits américains, ou l’équivalent dans un autre pays, il est possible que vous ayez déjà une assurance CDW (collision damage waiver) pour les voitures de location et que vous ne le sachiez pas ! Cela vaut la peine de vérifier vos documents et d’appeler la société émettrice de votre carte de crédit pour le savoir. Vous pouvez même envisager de souscrire à une nouvelle carte de crédit qui offre cette assurance afin de ne pas avoir à payer une assurance de location de voiture ridicule.  Ce qui m’amène à mon prochain point – les cartes de crédit avec une assurance location primaire. Certain Reserve la carte de crédit de voyage préférée pour de nombreuses raisons, mais l’assurance location primaire est l’un de ses meilleurs avantages (y compris l’adhésion à Priority Pass). Lorsque vous mettez votre voiture de location sur votre carte, vous bénéficiez d’une assurance primaire pour les voitures de location dans le monde entier, à hauteur de 75 000 CHF.

Cela convient parfaitement puisque d’une certaine manière, tous les hommes sont nomades et que nous n’avons ni voiture ni maison. Les sociétés de location de voitures, en Suisse et dans le monde entier, aiment effrayer les clients et leur vendre tous leurs forfaits d’assurance. Vous devez vous assurer que vous en avez besoin ou non avant de tomber dans leur piège. Appelez la compagnie de votre carte de crédit et renseignez-vous toujours avant d’arriver en Suisse. Si vous n’avez pas de carte de crédit qui couvre l’assurance des voitures de location, il peut être intéressant de l’ajouter à votre forfait. Ainsi, en cas d’accident, vous ne serez pas obligé de payer une location de voiture de votre poche.

Frais de retenue

Les frais de retenue, un montant « facturé » sur la carte de crédit que vous avez utilisée pour réserver, sont une chose et peuvent aller d’un minimum d’environ 200 CHF  à des milliers. C’est une pratique très courante.  Ne vous inquiétez pas pour autant : le montant n’est pas débité de votre carte de crédit, il est mis en attente au cas où un problème surviendrait avec la voiture ou que vous fassiez une bêtise, comme par exemple écraser le véhicule et essayer de faire une course. Croyez-le ou non, cela arrive ! Voir https://donilocation.ch/vehicule-utilitaire/ pour en savoir plus

 

Achat CBD en Suisse: 7 raisons pour lesquelles la Suisse est le centre CBD de l’Europe

L’industrie du CBD Suisse est en pleine croissance. Et elle ne fait que s’accélérer. Elle a rapporté au pays environ 60 millions de francs suisses en 2017. Selon les projections, le marché devrait atteindre 320 millions de francs suisses en 2027. La Suisse est devenue le meilleur endroit où se trouver si vous voulez entrer sur le marché du chanvre en Europe.

Mais pourquoi ?

Dans cet article, vous apprendrez ce qui fait de la Suisse un pays si intéressant pour les entreprises de l’industrie du chanvre et du CBD qui tentent de pénétrer le marché européen. Vous apprendrez également de nombreux faits spécifiques sur le CBD en Suisse. Loi suisse sur le CBD : Le seul pays avec un seuil de 1% de THC

  • CBD Suisse : Cannabis médical, à quand ?
  • CBD Suisse : La culture du chanvre, un des rares pays où il n’est pas nécessaire d’avoir une licence.
  • Acheter du CBD en Suisse : Vous pouvez acheter des produits à base de cannabidiol sous forme de compléments alimentaires, de cosmétiques ou de cigarettes.
  • CBD Suisse : Vendre des produits CBD
  • CBD Suisse : Une industrie en pleine croissance, qui devrait se consolider
  • CBD Suisse : Expédition de CBD de la Suisse vers l’Allemagne ou l’Europe

1. Loi sur le CBD en Suisse : Le seul pays avec un seuil de 1% de THC

Commençons par l’essentiel. Le CBD est-il légal en Suisse ?

La réponse courte est : Oui, le CBD est légal en Suisse. Il est légal dans la plupart des pays européens. Le cannabidiol lui-même n’est pas interdit par la législation suisse sur les stupéfiants. Comme vous le savez probablement, le CBD provient de la plante de cannabis qui, en fonction de la quantité de THC, peut être interdite ou non en vertu de la même législation. En règle générale, la légalité de la consommation, de la culture, de la commercialisation de produits provenant de la plante de cannabis est déterminée par le % de THC qu’elle contient. Si la plante contient moins de 1% de THC, elle est légale. Si la plante de cannabis en contient plus, elle ne l’est pas.   Le seuil de 1% de THC est propre à la loi suisse. Dans la plupart des pays européens, la limite est de 0,2 %.

 Alors, pourquoi 1% ?

Il permet à la plante de se développer au maximum de son potentiel et donc de fournir le meilleur de ses propriétés médicinales.  Comme en Europe, le seuil maximal autorisé est de 0,2%, cela oblige les agriculteurs à couper la plante trop tôt.  En faisant cela, vous réduisez la quantité de THC dans l’extrait final, mais vous minimisez également les avantages médicaux qu’il peut offrir par rapport à une plante plus mature. Le gouvernement comprend les propriétés bénéfiques du CBD en tant que médicament potentiel. La Suisse est probablement le pays le plus avant-gardiste d’Europe en matière de législation sur la consommation de CBD. Les Suisses ne copient pas la législation existante, mais osent essayer, explorer et repousser les limites pour tirer le meilleur parti du potentiel de ce cannabinoïde.

Pour les entreprises, il est essentiel de s’appuyer sur des bases solides et de savoir que le gouvernement ne se contente pas de soutenir le secteur dans lequel vous évoluez, mais qu’il contribue et encourage sa croissance durable dans un environnement sûr et réglementé. En ce qui concerne les réglementations, il en existe quelques-unes qu’il est important de mentionner : La commercialisation, l’utilisation, la production ou la possession de cannabis contenant plus de 1 % de THC est considérée comme une infraction pénale et est passible de peines allant jusqu’à trois ans de prison, selon l’infraction.

 Outre cette limite, d’autres règles s’appliquent. Par exemple : Comme pour l’alcool ou le tabac, vous devez être âgé d’au moins 18 ans pour acheter des produits à base de CBD. Si vous êtes une entreprise, vous ne pouvez pas faire de promesses de guérison spécifiques grâce à des produits contenant du cannabidiol. Conduire une voiture sous l’influence du CBD en Suisse n’est pas interdit, mais l’Office fédéral de la santé publique le déconseille. Le problème de la conduite d’une voiture en Suisse sous l’influence de certains produits à base de CBD est que vous pouvez rapidement dépasser le seuil légal de THC de 1,5 microgramme par litre de sang. Dans le trafic routier, la tolérance zéro s’applique aux stupéfiants. La consommation de certains produits à base de CBD peut donc entraîner un dépassement du seuil sanguin. Or, selon l’OMS, le CBD n’est pas un stupéfiant. Par ailleurs, tous les produits à base de CBD ne contiennent pas de THC. L’expression « produits de chanvre à spectre complet » désigne des produits contenant de nombreux cannabinoïdes avec une concentration élevée en CBD et faible en THC. Cela ne s’applique pas si vous prenez un produit contenant du CBD isolé.

Cela signifie qu’il existe des produits CBD sans THC que vous pouvez utiliser quotidiennement sans craindre de dépasser le seuil légal pour conduire une voiture ou pour d’autres activités réglementées. On a récemment lancé la nouvelle huile de CBD sans THC « CBD Isolate Oil ».

2. CBD Suisse : Le cannabis médical, c’est pour quand ?

Le cannabis médical est-il pleinement déployé en Suisse ? La réponse est non. Du moins, pas encore. Actuellement, les Suisses ne disposent pas d’un programme officiel de cannabis médical. La législation (juillet 2011) permet aux médecins de prescrire du cannabis médical si, et seulement si, le patient dispose d’une autorisation spéciale de l’Office fédéral de la santé publique. Les patients disposant d’un tel permis peuvent avoir accès à des produits à base de cannabis tels que des huiles de cannabis, des teintures ou des produits fabriqués synthétiquement comme le dronabinol. Le traitement par le cannabis sous forme de fleurs ou de résines n’est pas possible.

Telle est la théorie. La réalité est différente.

Le BAG estime qu’en 2017, 70000 à 100000 personnes utilisent le cannabis comme médicament en Suisse, alors que seulement 3000 personnes ont un tel permis. Généralement, ce permis n’est délivré qu’aux personnes gravement malades. De plus, les cas sont évalués un par un, en fonction de la situation spécifique de la personne malade, ce qui rend le processus extrêmement lent.

En réalité, peu de personnes peuvent y avoir accès.

La bonne nouvelle est que le gouvernement suisse est conscient de la situation et prend des mesures. Le ministère de l’Intérieur a pour mission de proposer le changement de cette législation d’ici l’été 2023.

Cependant, qu’est-ce que cela signifie pour l’industrie ?

Cela montre au monde que la Suisse n’a pas peur d’innover et d’essayer des choses différentes, et qu’elle est ouverte au potentiel médical du cannabis et du CBD. Ce sont des signes clairs que le marché a toutes les conditions pour continuer à prospérer et à se développer. Habituellement, la mise en œuvre et le déploiement de ce type de décisions et de législations prennent du temps, mais c’est parce qu’elles sont destinées à s’inscrire dans le long terme.

Heureusement, nous vivons dans une nouvelle ère du chanvre.

3. CBD Suisse : La culture du chanvre, un des rares pays où il n’est pas nécessaire d’avoir une licence.

La production de chanvre a été légalisée en août 2016.

La culture du chanvre est légale en Suisse, tant que la plante ne dépasse pas le seuil légal de 1% de THC, c’est-à-dire qu’une licence de culture de CBD en Suisse n’est pas nécessaire. En théorie, tout le monde peut cultiver sa propre plante de chanvre CBD à la maison. Inutile d’expliquer que si vous êtes une entreprise étrangère souhaitant entrer sur le marché du chanvre en Europe, c’est un élément pratique à prendre en compte lorsque vous décidez où installer votre entreprise de chanvre. Vous devrez toujours effectuer toutes les démarches nécessaires pour créer une entreprise légale, mais éviter la licence de culture peut vous faire gagner énormément de temps. Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Cannabidiol pour en savoir plus !

La Nati et son histoire, les Stades de football suisses

Il y a beaucoup de plaisanteries à faire sur l’équipe de football suisse, qui suit l’attitude de la nation dans son ensemble en matière de neutralité. La réalité est que les Suisses n’ont jamais eu une personnalité particulièrement forte en ce qui concerne le football pratiqué par leurs équipes. Alors que les Allemands promettent l’organisation, que les Italiens assurent la force défensive et que les Espagnols offrent le flair et l’excitation, la Suisse a toujours été très fade en ce qui concerne le football du pays. Ce manque de personnalité se reflète dans les performances de la Suisse sur la scène internationale, sans parler du surnom du pays. Comme on peut s’y attendre de la part d’un pays dont l’histoire est géographiquement intéressante, les Suisses sont connus sous le nom de Schweizer Nati en allemand, La Nati en français ou Squadra nazionale en italien. Malheureusement, c’est à peu près tout ce qu’il y a de plus excitant à dire sur la Suisse en ce qui concerne son football international.

Introduction au football suisse

Les clubs de football belges.

Il n’y a pas grand-chose à dire de plus sur le plan national. La première division suisse est la Swiss Super League, actuellement connue sous le nom de Raiffeisen Super League en raison du sponsoring. Il existe un certain nombre d’équipes suisses dont les amateurs de football ont peut-être déjà entendu parler, notamment les Young Boys, au nom toujours amusant. Grasshopper, Sion et le FC Zürich évoluent également dans les différents championnats suisses. Mais le club le plus titré de ces dernières années est sans conteste le FC Bâle. De 2000 à 2019, il y a eu dix-neuf campagnes de première division, dont onze ont été remportées par Bâle. Trois autres ont été remportées par le FC Zürich, deux par Grasshopper au début des années 90, mais les bons vieux Young Boys se sont battus deux fois pour gagner ces dernières années.

Il serait juste de penser que la Super League suisse n’a, historiquement du moins, pas été très compétitive, Ce manque de compétitivité pourrait bien être une des raisons pour lesquelles les équipes suisses n’ont jamais réussi à s’imposer en Europe. Aucune équipe suisse n’a jamais atteint la finale de l’UEFA Champions League, officiellement connue sous le nom de Coupe d’Europe, ou de l’UEFA Europa League, historiquement connue sous le nom de Coupe UEFA. Cela dit, le Fussball Club Basel a parfois impressionné sur la scène européenne. En 2002, il a atteint la finale de la Coupe Intertoto, perdue contre Aston Villa. Ils ont aussi régulièrement été une épine dans le pied des équipes anglaises en Ligue des champions, Liverpool, Chelsea et Manchester United ayant tous été victimes de l’équipe suisse dans le passé.

Dans cette partie De l ‘article, nous vous parlerons des stades que vous trouverez en Suisse, du système de championnat mis en place ainsi que des performances du pays sur la scène internationale. Nous vous expliquerons également comment le football est arrivé au pays du chocolat suisse, du CERN et des pratiques bancaires douteuses. Le fait que le plus grand stade de football du pays ait une capacité de moins de 40 000 places en dit long sur le type de stades que l’on peut trouver en Suisse. Jakob-Park, où évolue le FC Bâle, est un stade ultramoderne qui a accueilli de grandes rencontres par le passé, notamment la finale de l’UEFA Europa League 2016 entre Liverpool et Séville. Il s’agit évidemment d’un endroit plutôt petit comparé à des mastodontes européens comme le Nou Camp ou Old Trafford, cependant.

La Suisse n’est peut-être pas le genre d’endroit où l’on a envie de se rendre si l’on est fan de grands stades, mais il y a plus d’un terrain dans le pays qui promet du spectaculaire. S’il y a une chose que la Suisse peut certainement offrir, c’est une vue incroyable avec des chaînes de montagnes époustouflantes en toile de fond. De nombreux stades du pays en profitent pour vous permettre de vous imprégner de l’endroit, même si le terrain lui-même offre moins de 10 000 places.

Ligues suisses

Comme on peut s’y attendre de la part d’un pays réputé pour son approche neutre de… presque tout, le système des ligues suisses est conçu de manière à ce que même le plus petit club du pays puisse un jour progresser suffisamment pour devenir champion de première division. Toutes les ligues sont interconnectées et le format hiérarchique garantit que la promotion et la relégation entre les ligues sont possibles et se font sur une base équitable. Dix équipes participent à la Super League, dix autres à la Challenge League, qui est la deuxième division du pays, et seize à la troisième division, la Liga Promotion. Le système suisse n’est pas seulement ouvert aux équipes de Suisse puisque sept équipes du Liechtenstein y participent également, ainsi que des clubs d’Allemagne et d’Italie. Il y a en fait des milliers d’équipes qui jouent dans des centaines de divisions et de groupes. En dessous de la Liga Promotion, les ligues sont généralement divisées en groupes régionaux.

Développer une entreprise en Suisse – Créer une entreprise à Lausanne ou Genève  – 6 étapes

Une fois que vous savez quel sera l’objet de votre entreprise, vous pouvez entamer la procédure de création d’une entreprise – étape par étape.

Étape 1 QUI GÉRERA LA COMPTABILITÉ DE NOTRE ENTREPRISE ?

Vous devez d’abord décider si vous allez faire votre comptabilité vous-même ou faire appel à une société professionnelle. Tenir sa propre comptabilité nécessite des connaissances en la matière. L’ignorance de la réglementation n’exonère pas le contribuable de sa responsabilité.

Étape 2 : DEMANDE DE LA RCIAE

(Registre central et informations sur l’activité des entreprises)

L’entrée dans l’activité professionnelle consiste en une inscription à la RCIAE. Cette inscription est gratuite et la demande peut être soumise en ligne ou, comme auparavant, au bureau municipal. ON-LINE – vous devez remplir la demande d’inscription au registre via Internet et la signer de manière à permettre l’identification sans ambiguïté de la personne qui présente la demande. Cela peut être fait en utilisant une signature électronique vérifiée par un certificat qualifié ou une signature confirmée par un profil de confiance.

AU BUREAU DE LA VILLE ET DE LA MUNICIPALITÉ

Le formulaire de demande dûment rempli doit être soumis au bureau de la ville ou de la municipalité. Vous pouvez également l’envoyer par courrier, mais il doit alors comporter une signature manuscrite confirmée par un notaire.

La demande présentée sur le formulaire de la RCIAE se fait en même temps :

Une demande d’inscription au registre des activités économiques, une demande d’inscription au registre officiel national des entités de l’économie nationale (RONEEN – Office statistique), une demande d’identification ou de mise à jour, visée par la réglementation sur les règles de preuve et d’identification des contribuables et des payeurs (NIP – Bureau des impôts), dans laquelle il convient d’indiquer l’entité responsable de la tenue de la comptabilité de la société ou de préciser que la comptabilité sera tenue par soi-même, déclaration du payeur de primes ou de son changement au sens des dispositions du système d’assurance sociale ou déclaration du maintien de l’assurance sociale .

Afin de remplir correctement la demande, il est nécessaire de préciser le code du type d’activité commerciale selon la classification suisse des activités. La demande doit être accompagnée d’un document confirmant le lieu d’exercice de l’activité professionnelle (acte de propriété, contrat de prêt, contrat de bail ou contrat de location). L’autorité d’enregistrement procède à une inscription dans le registre des activités commerciales au plus tard le jour ouvrable suivant la réception d’une demande correcte à la RCIAE. Le certificat est une impression du site web du RCIAE, auquel tout le monde a accès. L’entrepreneur peut commencer son activité le jour de l’introduction de la demande, il peut aussi indiquer une date ultérieure. Toutefois, la date de début de l’activité commerciale ne peut être antérieure à la date de dépôt de la demande.

Étape 3 TAMPON D’ENTREPRISE

Après l’enregistrement, faites faire un timbre qui devrait comprendre au moins : la désignation de la société (nom de la personne physique et nom de la société), les coordonnées du siège de l’entreprise, Numéro NIF, Numéro Stat.

Étape 4 Compte bancaire

Conformément à la loi sur la liberté d’entreprise du 3 juin 2014, Journal officiel 2014.182.1827, telle que modifiée, l’exécution ou l’acceptation de paiements liés à l’activité commerciale exercée doit se faire par le biais du compte bancaire de l’entrepreneur dans tous les cas où un autre entrepreneur est partie à la transaction donnant lieu à un paiement et où la valeur unique de la transaction, indépendamment du nombre de paiements qui en résulte, dépasse l’équivalent de 15 000 EUR convertis en CHF  selon le taux de change moyen des devises étrangères annoncé par la Banque nationale de Suisse le dernier jour du mois précédant le mois au cours duquel la transaction a été effectuée.

Étape 5 bureau des impôts

L’étape suivante consiste à se rendre au bureau des impôts afin de se prononcer sur le choix de la forme d’imposition. Si l’entrepreneur choisit de régler l’impôt sur le revenu selon le barème de 18% et 32% (impôt progressif), il ne doit pas le déclarer, car il s’agit des règles dites générales. Toutefois, s’il décide de passer à un impôt forfaitaire (19 %), à un forfait enregistré ou à une carte fiscale, il doit faire une déclaration appropriée. Il convient toutefois de rappeler que, selon la loi, tout le monde ne peut pas choisir un capital enregistré ou une carte fiscale. Une autre question importante est de déterminer si l’entrepreneur sera un contribuable actif à la TVA dès le début, car les personnes qui créent une entreprise (à quelques exceptions près) sont exemptées de TVA par définition. L’exonération prend fin lorsque le chiffre d’affaires (les ventes) dépasse un certain seuil au cours de l’année fiscale, qui est de 150 000 CHF  pour 2019. Toutefois, si vous décidez de vous enregistrer à la TVA dès le début, vous devez faire une notification sur le formulaire R de TVA, nécessairement avant la première vente et payer un droit de timbre de 170 CHF.

Étape 6 INSPECTION DU TRAVAIL DE L’ÉTAT

Si l’entrepreneur a l’intention d’employer des travailleurs, l’étape suivante consiste à en informer l’inspection nationale du travail au moyen du formulaire approprié. Si vous constatez que, malgré les instructions. Voir https://www.credit-conseil.ch/suisse/lausanne/ pour en savoir plus !

Tout savoir sur le Crédit voiture à Lausanne et Genève en Suisse

Un nombre croissant de particuliers recherchent un service de leasing avec une valeur de rachat élevée, en supposant un apport personnel faible et des mensualités les plus basses possibles. Nous vérifions à quoi ressemble l’offre de ces produits et si elle peut également être intéressante pour les entreprises.

Une tendance en hausse

En Suisse, dont à Lausanne et Genève , l’attachement à la propriété est si fort que le leasing opérationnel total n’a pas encore gagné la même popularité que sur les marchés occidentaux. Cependant, le monde évolue vers une liberté absolue dans l’utilisation de tous les biens et services. De plus en plus souvent, on constate une attitude selon laquelle il est préférable et moins cher de louer, de partager ou de prendre en leasing que d’acheter par ses propres moyens. Cette tendance s’applique évidemment aussi aux voitures. Il suffit d’avoir une voiture à sa disposition et, au fur et à mesure que ses goûts, ses attentes ou ses objectifs changent, de la remplacer par une nouvelle toutes les quelques années sans se soucier de son avenir. Ces hypothèses peuvent également être bénéfiques dans le cas des flottes. Le leasing avec une valeur résiduelle élevée est bénéfique pour une entreprise lorsque sa politique de flotte prévoit le remplacement fréquent des voitures par des voitures neuves, sans qu’il soit nécessaire de s’engager dans leur vente ultérieure. En payant de faibles acomptes, l’entreprise obtient le coût d’exploitation de la flotte le plus bas et conserve en même temps des ressources financières libres qui seraient bloquées pendant des années en cas d’achat au comptant.

Caractéristiques du produit

Le leasing avec un taux de rachat élevé semble être idéal pour les entreprises qui prévoient de gérer elles-mêmes leur parc automobile, mais avec un financement externe des véhicules pour un Crédits auto  et en transférant le risque de leur valeur résiduelle à la partie qui les finance. En d’autres termes, il s’agit de la solution la plus souvent choisie par les petites ou, tout au plus, les moyennes entreprises. Dans le cas d’un leasing avec un taux de rachat élevé, la mensualité est beaucoup plus faible que dans le cas d’un leasing avec une faible valeur résiduelle, qui est très populaire en Suisse, dont à Lausanne et Genève, car le locataire ne paie que la dépréciation réelle des voitures et non leur valeur totale.

Pour de nombreux entrepreneurs, la manière dont le contrat de location se termine est intéressante, c’est-à-dire que le véhicule est rendu à la société de location et qu’il n’est pas nécessaire de s’impliquer dans le processus long et souvent compliqué de la vente de voitures sur le marché secondaire. Les paiements initiaux sont conformes à la procédure de leasing applicable (dans la plupart des offres, ils commencent à 0 % de la valeur du véhicule). Une gamme complète de produits d’assurance est généralement disponible.

Un large choix

Les entreprises intéressées par le leasing avec un taux de rachat élevé peuvent choisir parmi un large éventail d’offres. Par exemple, l’offre de RCI Leasing comprend plusieurs propositions de location simple basées sur une option de rachat plus élevée. Le bon choix de l’offre dépend de l’étendue des besoins d’un futur client. Dans le cas des offres de leasing sans services supplémentaires, l’option de rachat peut s’élever à 35% (période contractuelle de 24 mois). Pour les offres incluant des services supplémentaires pour le locataire (service mécanique) – le nom du produit Leasing All in One Vans – l’option de rachat peut atteindre 40% (durée du contrat de 24 mois). Les options susmentionnées ne tiennent pas compte du critère du kilométrage du véhicule – elles ne créent donc aucune restriction pour le locataire.

Un groupe de produits avec des services supplémentaires (assistance mécanique, gestion, assistance) proposés sous le nom de Renault Business Plan – la valeur finale (l’option de rachat) dépend du kilométrage supposé et d’autres paramètres du véhicule. La valeur de l’option d’achat dans le produit RBP est également garantie par le fournisseur et constitue une sécurité supplémentaire pour le bénéficiaire. Dans ce produit, les valeurs de rachat sont proches de la valeur du marché après la période de remboursement, ce qui permet d’obtenir une faible mensualité de 888 FRANC SUISSE pour le nouveau modèle Renault Talisman ou de 999 FRANC SUISSE  pour le nouveau Renault Espace. Le programme de location de voitures de la marque, qui offre des services de confort en option et garantit des coûts d’utilisation faibles et prévisibles pendant toute la période de financement, s’applique également aux voitures Dacia dans le cadre du Dacia Business Plan.

On ne peut que se demander si ce type d’offre intéressera les responsables de flottes d’entreprise. – Compte tenu de la nécessité de budgétiser et de planifier précisément les dépenses d’entretien du parc de voitures d’occasion, indispensable à la gestion d’une entreprise, les solutions permettant d’augmenter l’option d’achat, et donc de diminuer la mensualité, peuvent être considérées comme l’une des conditions d’une bonne gestion du parc automobile. L’attribut supplémentaire d’une faible mensualité est aussi la possibilité d’inclure dans sa structure des services supplémentaires, constituant une garantie de couverture totale des dépenses liées à l’exploitation du véhicule

Un marché en plein évolution

Le marché des produits à forte valeur résiduelle évolue systématiquement. Les avantages de ce type de financement sont utilisés principalement par les grands acteurs, mais depuis quelques années également par le secteur des petites et moyennes entreprises, y compris les micro-entreprises. Ainsi, les offres destinées aux petites et grandes entreprises commencent à fusionner.  Sur la base de ces tendances, Volkswagen Financial Services élabore une offre de leasing optimale, tant pour les grandes que pour les petites entreprises.

Le leasing avec un taux de rachat élevé est idéal pour les entreprises qui souhaitent gérer elles-mêmes leur parc automobile, mais qui ont recours à un financement externe des véhicules et transfèrent le risque de leur valeur résiduelle à la partie qui les finance. La mensualité est beaucoup plus faible, ce qui se traduit par le coût d’opportunité le plus bas pour l’entreprise. À la fin du contrat, l’entreprise restitue le véhicule à la société de leasing et ne doit pas consacrer de temps au processus de vente sur le marché secondaire. Le leasing à forte valeur ajoutée peut être complété par des produits supplémentaires tels que des packs de services ou des assurances.

La technique Ford

Ford Leasing peut également financer une voiture neuve ou d’occasion à des conditions adaptées aux besoins de l’entreprise demandeuse. Le programme a été préparé de manière à ce que les versements soient faibles, ce qui correspond aux attentes des clients qui recherchent un service de leasing avec un taux de rachat élevé. L’offre est disponible avec un paiement initial à partir de 9% de la valeur de la voiture – vous pouvez choisir la période d’utilisation de la voiture pour 2 (limite de kilométrage : 80k km), 3 (120k km) ou 4 ans (150k km). Ford Leasing garantit la valeur de la voiture à la fin du contrat de location, et le client à le droit de premier achat de la voiture. Il convient de noter que l’offre comprend également un pack d’assurance Ford à un prix promotionnel, et qu’il suffit d’un document d’identité (le programme « Green Wave ») pour conclure le contrat.

Intérêt des opérateurs de flotte

Bien que l’offre de leasing avec une valeur de rachat élevée soit apparemment la plus intéressante pour les petites entités, elle peut également être attrayante pour les grandes entreprises disposant d’un parc automobile important. Même les plus grandes entreprises mondiales doivent faire des économies et sont souvent contraintes de réduire leurs budgets. Un produit présentant un taux de remboursement élevé peut combiner les intérêts de l’acheteur du véhicule, du concessionnaire, de la société de financement et du constructeur automobile. Il convient de noter qu’après trois ans, le prix du marché secondaire de la voiture, ou valeur résiduelle, se stabilise et reste assez élevé.

Par conséquent, les fabricants supposent que la meilleure durée de vie utile est d’environ trois ans. Même si une limite annuelle de 30 000 km est fixée dans le contrat de location du véhicule, à la fin de leur vie utile, ils ont un kilométrage de 90 000 km, et peuvent donc encore couvrir cette distance sans réparations majeures. Tout cela ne change cependant rien au fait que ce sont toujours les petites entreprises qui optent le plus volontiers pour le leasing avec une valeur de rachat élevée. – Cette forme de financement est de plus en plus populaire auprès des gestionnaires de flottes automobiles. Évidemment, les spécificités de l’utilisation des véhicules, c’est-à-dire le temps, le kilométrage et la disponibilité, dans les différentes entreprises imposent le choix de différents outils financiers pour leurs flottes automobiles, y compris la location simple avec services. Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Audi pour en savoir plus !

Questions sur la cryolipolyse à Lausanne et Genève en Suisse

LE TRAITEMENT LE PLUS EFFICACE DANS LE TRAITEMENT DES ADIPOSITÉS LOCALISÉES.

Des experts ont élaboré l’article suivant avec les principales questions et réponses sur la cryolipolyse afin de lever les doutes sur cette technologie. Après un temps de découverte dans des études menées en Suisse sur l’efficacité du froid dans le traitement des adiposités localisées, cette technologie revient en force et semble rester. Les plus avertis, savent qu’il s’agit d’une technologie qui a connu son important boom de 2012 à 2015 et qui a progressivement disparu tant au niveau de la demande de l’utilisateur que des professionnels. Aujourd’hui, il revient en force et représente l’une des demandes les plus importantes des professionnels pour le traitement du tissu adipeux.

Qu’est-ce que la cryolipolyse ?

Il s’agit d’une procédure dermatologique non invasive visant à éliminer la graisse corporelle par l’application de froid. La méthode utilise un dispositif en forme de plaque qui est appliqué sur la peau pour refroidir les adipocytes (cellules graisseuses). L’application du froid les décompose par lipolyse.

Quels avantages cette technologie offre-t-elle au professionnel ?

  • Une technologie simple, l’application de froid pendant un certain temps et une certaine température selon le protocole.
  • Application mains libres
  • Peu de contre-indications
  • Compatible avec la plupart des technologies
  • Des résultats efficaces en quelques séances
  • Traitement des adiposités localisées œdémateuses et fibreuses.

Comment cela fonctionne-t-il sur le plan physiologique ?

L’application d’un froid contrôlé provoque l’apoptose des cellules, la mort cellulaire, loin d’être nocive pour l’organisme, puisqu’elle se produit de manière ordonnée et non par des dommages aigus aux tissus comme dans le cas de la nécrose, permet l’élimination naturelle de ces déchets par voie organique sans affecter les autres tissus.

Que dire de son efficacité ?

Outre les résultats scientifiques qui démontrent amplement son efficacité, le facteur le plus pertinent est le protocole de traitement. Ce facteur a précisément fait qu’il a eu pendant quelques années une faible demande, les protocoles d’application dans les temps et les températures dans de nombreux cas étaient incorrects. Soit en raison du manque de connaissances de certaines entreprises qui en faisaient la promotion, soit en raison des risques inhérents aux technologies qu’elles défendaient, qui ne parvenaient pas à maintenir ces marges de sécurité dans les protocoles corrects, ou d’autres facteurs, ont fait des ravages parmi les professionnels et les utilisateurs. Par conséquent, le facteur temps et température en fonction de l’épaisseur du pannicule adipeux est présenté comme un facteur clé de son efficacité. Si ce protocole est correct, les études montrent une perte par séance qui se situe entre 23 et 29% de graisse éliminée par séance. En se référant à ces facteurs, des appareils, avec brevet homologué HEAT & COLD basé sur l’application de la chaleur initiale, permettent de vider le liquide dans la zone à traiter, cet aspect de réduction favorise la congélation d’un plus grand nombre d’adipocytes dans le traitement des adiposités œdémateuses localisées.

Autres facteurs d’erreur ?

Un mauvais diagnostic. Ce serait le seul facteur de risque pour lequel le résultat ne serait pas celui escompté. Le froid agit directement sur le tissu graisseux sous-cutané, à ne pas confondre avec les POFS (Panniculopathies oedémateuses fibro scléreuses), connues sous le nom de cellulite. Un type de traitement n’a rien à voir avec l’autre. Par conséquent, si l’on veut obtenir un résultat efficace, le diagnostic et le type de tissu ne doivent pas nous conduire à l’erreur, puisque dans la cryolipolyse dite POFS, il n’y a rien à dire ou à faire directement. Son champ d’action est limité à son utilisation dans le traitement des adiposités localisées.

Avantages par rapport aux autres technologies ?

L’eau est indispensable en tant qu’élément de support dans la transmission du courant, des ultrasons, etc., comme dans les technologies telles que la radiofréquence ou la diathermie, la cavitation, les ultrasons focalisés mécaniques, le laser à diode lipolytique, etc. Dans ce cas, le froid en tant que milieu naturel n’est pas aussi dépendant que les technologies susmentionnées, de plus, son profil de patient idéal sera celui dont la graisse localisée est plus compacte, voire plus que la graisse œdémateuse. Mettons un verre d’eau dans le congélateur, et un autre avec de l’huile. Lequel va geler en premier ? ….. Pensons que la graisse de notre organisme est l’huile, et que le sang, dont la température est plus élevée que celle de la graisse, est l’eau. Si nous faisons ce simple test, nous verrons que l’huile gèle beaucoup plus tôt. Par conséquent, son niveau de sécurité en termes d’effets sur les autres tissus ne fait aucun doute, à condition que les protocoles recommandés soient respectés. Par conséquent, que l’on se trouve dans un cas d’adiposité œdémateuse ou compacte et dure, la cryolipolyse offre des avantages supérieurs aux autres technologies. Et pas seulement dans ses possibilités de traitement, mais aussi dans le nombre de séances et l’élimination totale de l’adipocyte traité.

Les précautions les plus importantes ?

La technologie doit être conforme aux règles de sécurité électrique dictées par la réglementation européenne. L’utilisation de la protection de la peau au moyen de substances antigel telles que le propylène glycol. Une technologie qui nous permet de garantir des températures correctes de manière stable. Ainsi qu’une pression correcte mais non nocive afin de ne pas provoquer d’hématomes indésirables pendant le traitement. Voir ce site https://geneve.news/cryolipolyse-questions-frequemment-posees/ qui vous en dira plus

Les  questions que tout le monde pose pour Faire une séance de cryolipolyse à Genève

Vous avez de la graisse tenace ?

La méthode CoolSculpting est peut-être la réponse que vous cherchez pour éliminer par congélation les cellules graisseuses indésirables des zones à problèmes, telles que les cuisses, l’abdomen, les poignées d’amour, le haut des bras et le menton. Dans une clinique, un Dr ade nombreux clients qui  posent des questions sur le CoolSculpting. Voici donc une FAQ qui, nous l’espérons, répondra à la plupart de vos interrogations.

Q : Qu’est-ce que le CoolSculpting ?

R : Il s’agit d’une technique de refroidissement non chirurgicale brevetée qui cible la graisse dans des zones problématiques spécifiques afin de la geler et de la détruire, le type de dépôts graisseux tenaces qui ne répondent pas aux régimes et à l’exercice.

Q : Qu’advient-il de la graisse congelée par le CoolSculpting ?

R : Une fois que les cellules graisseuses congelées se sont figées et cristallisées, le corps métabolise et élimine ces cellules mortes de façon naturelle, sans que cela n’ait le moindre impact sur votre vie quotidienne.

Q : Quelles parties du corps le CoolSculpting peut-il cibler ?

R : La procédure peut cibler les bourrelets visibles dans l’abdomen, les cuisses, sous le menton, sous la mâchoire, les flancs, la graisse du dos, sous les fesses et le haut du bras.

Q : Que se passe-t-il pendant un traitement CoolSculpting ?

R : Un coussinet de gel est d’abord appliqué sur la zone de traitement pour créer une barrière entre votre peau et le panneau réfrigérant. Ensuite, l’applicateur exerce une pression par aspiration et un refroidissement sur le site ciblé. Au fur et à mesure que l’applicateur aspire le bourrelet dans les panneaux réfrigérants, vous sentirez la succion et la sensation de froid. Vous pouvez également ressentir une sensation de picotement inconfortable au début, mais qui s’estompe rapidement à mesure que la zone s’engourdit. Les cellules graisseuses sont très sensibles aux températures glaciales, elles sont donc touchées et meurent. Le froid intense n’endommage cependant pas les muscles et les tissus environnants. Pendant le traitement, vous pouvez vous détendre, lire un livre, regarder un film, travailler sur votre ordinateur portable, parler au téléphone ou consulter les médias sociaux pour passer le temps.

Q : La fraîcheur intense peut-elle endommager ma peau ou provoquer des engelures ?

R : Non. La procédure est conçue pour apporter un refroidissement précis et contrôlé aux cellules graisseuses situées sous la couche de peau et n’endommage pas la peau ou ne provoque pas d’engelures.

Q : Combien de temps dur le traitement ?

R : Cela dépend de la zone du corps et du nombre de séances pour lesquelles vous optez. Mais une seule séance de CoolSculpting par une Cryolipolyse peut être réalisée en 35 minutes à environ 2 heures.

Q : Quelle réduction de la graisse peut-on attendre d’une seule séance ?

R : En général, vous pouvez constater une réduction de 24 % de la graisse dans la zone ciblée.

Q : Peut-on traiter plus d’une zone en une seule séance ?

R : Oui. En général, vous pouvez choisir de traiter une à trois zones en une seule séance.

Q : Vais-je perdre du poids avec le CoolSculpting ?

R : Non. CoolSculpting est un traitement de réduction des graisses qui ne cible que des zones problématiques spécifiques et offre de meilleurs résultats aux personnes qui sont généralement en bonne santé. Il n’est pas conçu pour perdre du poids ou traiter l’obésité. Si vous cherchez à perdre du poids et non de la graisse, d’autres traitements chirurgicaux peuvent vous convenir, comme la plastie abdominale ou la liposuccion. Votre prestataire vous aidera à choisir le bon traitement.

Q : Le CoolSculpting réduit-il la graisse viscérale ?

R : Non. Le traitement ne cible pas la graisse viscérale qui s’enroule autour des organes intra-abdominaux. Un régime cohérent d’aliments et d’exercices appropriés vous aidera à le faire.

Q : Est-ce que je vais avoir de la peau lâche dans la zone qui a été traitée ?

R : C’est possible, et une évaluation par votre prestataire peut vous aider à répondre à cette question.

Q : Puis-je reprendre le travail après une séance de CoolSculpting ?

R : Oui. Vous pouvez reprendre le travail juste après votre séance et continuer à mener votre vie quotidienne.

Q : Puis-je faire du sport le jour même ?

R : Oui. Le traitement est topique et non invasif, il n’y a donc aucune restriction sur vos activités par la suite.

Q : Quels sont les effets secondaires du CoolSculpting ?

R : Comme il s’agit d’une méthode non invasive, il n’y a pas de temps d’arrêt après un traitement CoolSculpting. Vous pouvez noter une certaine rougeur dans la zone traitée ou de légères ecchymoses qui disparaissent en quelques jours. Vous pouvez également ressentir un léger engourdissement ou des crampes, mais cela tend également à se dissiper en quelques jours.

Q : Combien de temps faudra-t-il attendre pour voir les résultats complets et définitifs après une seule séance ?

R : Après trois mois.

Q : Que se passe-t-il après une séance de CoolSculpting ?

R : Après l’élimination complète des cellules adipeuses mortes, vous aurez une visite de suivi au cours de laquelle votre médecin prendra des photos post-traitement afin que vous puissiez les comparer à vos photos pré-traitement et décider si vous êtes satisfait de la réduction ou si vous souhaitez une autre séance dans la même zone pour améliorer encore la transformation.

Q : Vais-je prendre du poids après mon traitement CoolSculpting ?

R : Le CoolSculpting est un traitement ciblé de perte de graisse et non un programme général de perte de poids. Il est possible de prendre du poids si vous ne suivez pas un régime alimentaire et physique sain.

Q : Le CoolSculpting a-t-il été autorisé par l’Administration Médicale ?

R : Oui. L’Administration Médicale   a autorisé le traitement en 2012.

Q : L’assurance couvrira-t-elle mon traitement CoolSculpting ?

R : Étant donné qu’il s’agit d’un traitement cosmétique volontaire, le CoolSculpting n’est pas couvert par les prestataires d’assurance. Si vous habitez à Lausanne  ou à Genève, ceci est fait pour vous.