La Nati et son histoire, les Stades de football suisses

Il y a beaucoup de plaisanteries à faire sur l’équipe de football suisse, qui suit l’attitude de la nation dans son ensemble en matière de neutralité. La réalité est que les Suisses n’ont jamais eu une personnalité particulièrement forte en ce qui concerne le football pratiqué par leurs équipes. Alors que les Allemands promettent l’organisation, que les Italiens assurent la force défensive et que les Espagnols offrent le flair et l’excitation, la Suisse a toujours été très fade en ce qui concerne le football du pays. Ce manque de personnalité se reflète dans les performances de la Suisse sur la scène internationale, sans parler du surnom du pays. Comme on peut s’y attendre de la part d’un pays dont l’histoire est géographiquement intéressante, les Suisses sont connus sous le nom de Schweizer Nati en allemand, La Nati en français ou Squadra nazionale en italien. Malheureusement, c’est à peu près tout ce qu’il y a de plus excitant à dire sur la Suisse en ce qui concerne son football international.

Introduction au football suisse

Les clubs de football belges.

Il n’y a pas grand-chose à dire de plus sur le plan national. La première division suisse est la Swiss Super League, actuellement connue sous le nom de Raiffeisen Super League en raison du sponsoring. Il existe un certain nombre d’équipes suisses dont les amateurs de football ont peut-être déjà entendu parler, notamment les Young Boys, au nom toujours amusant. Grasshopper, Sion et le FC Zürich évoluent également dans les différents championnats suisses. Mais le club le plus titré de ces dernières années est sans conteste le FC Bâle. De 2000 à 2019, il y a eu dix-neuf campagnes de première division, dont onze ont été remportées par Bâle. Trois autres ont été remportées par le FC Zürich, deux par Grasshopper au début des années 90, mais les bons vieux Young Boys se sont battus deux fois pour gagner ces dernières années.

Il serait juste de penser que la Super League suisse n’a, historiquement du moins, pas été très compétitive, Ce manque de compétitivité pourrait bien être une des raisons pour lesquelles les équipes suisses n’ont jamais réussi à s’imposer en Europe. Aucune équipe suisse n’a jamais atteint la finale de l’UEFA Champions League, officiellement connue sous le nom de Coupe d’Europe, ou de l’UEFA Europa League, historiquement connue sous le nom de Coupe UEFA. Cela dit, le Fussball Club Basel a parfois impressionné sur la scène européenne. En 2002, il a atteint la finale de la Coupe Intertoto, perdue contre Aston Villa. Ils ont aussi régulièrement été une épine dans le pied des équipes anglaises en Ligue des champions, Liverpool, Chelsea et Manchester United ayant tous été victimes de l’équipe suisse dans le passé.

Dans cette partie De l ‘article, nous vous parlerons des stades que vous trouverez en Suisse, du système de championnat mis en place ainsi que des performances du pays sur la scène internationale. Nous vous expliquerons également comment le football est arrivé au pays du chocolat suisse, du CERN et des pratiques bancaires douteuses. Le fait que le plus grand stade de football du pays ait une capacité de moins de 40 000 places en dit long sur le type de stades que l’on peut trouver en Suisse. Jakob-Park, où évolue le FC Bâle, est un stade ultramoderne qui a accueilli de grandes rencontres par le passé, notamment la finale de l’UEFA Europa League 2016 entre Liverpool et Séville. Il s’agit évidemment d’un endroit plutôt petit comparé à des mastodontes européens comme le Nou Camp ou Old Trafford, cependant.

La Suisse n’est peut-être pas le genre d’endroit où l’on a envie de se rendre si l’on est fan de grands stades, mais il y a plus d’un terrain dans le pays qui promet du spectaculaire. S’il y a une chose que la Suisse peut certainement offrir, c’est une vue incroyable avec des chaînes de montagnes époustouflantes en toile de fond. De nombreux stades du pays en profitent pour vous permettre de vous imprégner de l’endroit, même si le terrain lui-même offre moins de 10 000 places.

Ligues suisses

Comme on peut s’y attendre de la part d’un pays réputé pour son approche neutre de… presque tout, le système des ligues suisses est conçu de manière à ce que même le plus petit club du pays puisse un jour progresser suffisamment pour devenir champion de première division. Toutes les ligues sont interconnectées et le format hiérarchique garantit que la promotion et la relégation entre les ligues sont possibles et se font sur une base équitable. Dix équipes participent à la Super League, dix autres à la Challenge League, qui est la deuxième division du pays, et seize à la troisième division, la Liga Promotion. Le système suisse n’est pas seulement ouvert aux équipes de Suisse puisque sept équipes du Liechtenstein y participent également, ainsi que des clubs d’Allemagne et d’Italie. Il y a en fait des milliers d’équipes qui jouent dans des centaines de divisions et de groupes. En dessous de la Liga Promotion, les ligues sont généralement divisées en groupes régionaux.