Histoire de la technologie : Commodore 64

Des ordinateurs comme l’Osborne I, l’Apple II ou l’IBM PC ont marqué un tournant dans le monde de la technologie et, en particulier, dans le monde de l’informatique personnelle. Au début de l’année 1981, le seul ordinateur qui se faufilait dans les foyers était l’Apple II et, pratiquement, n’avait aucune concurrence jusqu’à ce que des entreprises comme IBM lance l’IBM PC ou Commodore lance en 1982 le Commodore 64. Justement, maintenant que le CES 2012 approche, c’est le bon moment pour se rappeler l’histoire du Commodore 64, une machine mythique qui a été présentée au CES 1982 et qui, donc, a maintenant 30 ans.

C’est qui Commodore

Commodore International était un fabricant d’ordinateurs qui, à la fin des années 70, jouissait d’un grand prestige auprès du public grâce au lancement de deux ordinateurs très différents. D’une part, le Commodore PET, qui était destiné au segment professionnel et, d’autre part, le Commodore VIC-20, un ordinateur à bas prix destiné au segment des utilisateurs domestiques. Après le lancement de ces ordinateurs, Commodore avait choisi de suivre la ligne professionnelle au détriment de la ligne domestique, ce qui ne plaisait pas à Robert « Bob » Russell, programmeur de systèmes et architecte du VIC-20.
À cette époque, Commodore possédait une filiale, MOS Technology (rebaptisée plus tard Commodore Semiconductor Group), qui se consacrait au développement et à la fabrication de circuits intégrés qui feraient plus tard partie des ordinateurs de la société mère et étaient également vendus à d’autres fabricants. En pensant aux nouvelles générations de consoles de jeux vidéo, la société a lancé un projet de développement des circuits VIC-II (graphiques) et SID (audio), où Robert « Bob » Yannes a travaillé comme ingénieur.

Un début difficile

En janvier 1981, Yannes et Russel étaient tous deux très critiques à l’égard du pari sur le segment professionnel, alors avec le soutien d’Al Charpentier (ingénieur VIC-II) et de Charles Winterble, directeur de MOS Techonolgy, ils en ont parlé à Jack Tramiel, directeur exécutif de Commodore, et l’ont convaincu de s’attaquer à la continuation du VIC-20 incarné dans un nouvel ordinateur à bas prix. Tramiel a accepté mais a imposé une exigence de conception selon laquelle un tel ordinateur devait avoir 64 Ko de RAM. Bien qu’à l’époque la RAM n’était pas bon marché (plus de 100 dollars pour les 64 Ko demandés), Tramiel pensait que le prix allait baisser, il a donc imposé comme *délai* le mois de novembre de cette année-là pour qu’en janvier, il puisse être présenté au CES.
Le pionnier VIC-40
Ce nouvel ordinateur, appelé VIC-40, était prêt à temps (grâce aux efforts de Russel, Yannes et David A. Ziembicki) mais, suivant l’exemple de la société qui nommait les ordinateurs avec une lettre et un chiffre pour présenter la RAM, le VIC-40 a été rebaptisé C64. Le prototype du Commodore 64 s’est rendu au CES de Las Vegas et a impressionné les participants qui ont vu comment un ordinateur domestique à 595 $ était capable de faire ce qu’il faisait.
595 dollars de l’époque (ce qui équivaut aujourd’hui à environ 1 387,36 dollars), c’est le prix de détail auquel le C64 est sorti en août 1982 après avoir été dévoilé au CES de Las Vegas en janvier de la même année. Si l’on tient compte du fait que la fabrication des circuits intégrés était assurée par une filiale, le coût de production du C64 était de 135 dollars à l’époque, de sorte que les bénéfices de la société pouvaient être très importants (ce qui s’est concrétisé par les 300 000 unités vendues d’août à décembre 1982).

Un équipement avancé dans son temps

Le Commodore 64 était équipé d’un microprocesseur MOS Technology 6510/8500 tournant à 0,985 MHz (PAL) ou 1,023 MHz (NTSC), d’un processeur graphique MOS Technology VIC-II à 16 couleurs, une puce sonore MOS Technology 6581/8580 SID (qui était accompagnée d’un synthétiseur à 3 voix, 4 formes d’onde, des filtres programmables, etc.), 64 Ko de RAM, 512 octets de mémoire vidéo et une ROM de 20 Ko qui comprenait BASIC et le noyau du système. En outre, pour renforcer l’utilité générale de l’ordinateur, le C64 comprenait un port série RS-232, un port série IEC, une sortie vidéo et audio composite, une sortie TV et deux connecteurs pour les manettes de jeu, la souris, le stylet ou la tablette graphique pour la conception.

Le grand bonheur des gamers

Avec cet équipement technique et un *slot* pour cartouches, qui était déjà inclus dans le VIC-20 et a permis le développement de nombreux jeux, le C64 a déclenché un engouement chez les utilisateurs et a généré un énorme marché autour de cet ordinateur (jeux, matériel, magazines spécialisés, logiciels commerciaux, etc). Grâce au C64, des sociétés comme Electronic Arts, qui a sorti en 1983 Pinball Construction Set pour le C64 (après l’avoir sorti auparavant pour l’Apple II), se sont consolidées. De bons graphiques, un bon son et un large catalogue de titres ont lancé le Commodore 64 et l’ont transformé en l’un des appareils les plus désirés pendant les années 80 et dans lequel vous pouviez jouer à des jeux comme Track & Field, Green Beret, Operation Wolf, The Goonies ou les mythiques Mercs.

Un succès commercial fulgurant

Le Commodore 64 est devenu l’ordinateur personnel le plus vendu de l’histoire avec 2,5 millions d’unités vendues par an entre 1983 et 1986, pour un total de 19 millions d’unités vendues, un rythme qui s’est ralenti entre 1987 et 1994, date à laquelle la société a annoncé le retrait du modèle et, un mois plus tard, la faillite de Commodore. Malgré cela, ce modèle légendaire détient un titre difficile à battre, et aujourd’hui, à 30 ans, il occupe une place très importante dans le segment de l’informatique personnelle.
Après un silence de près de 10 ans, Commodore a été refondé en 2011 et a annoncé la sortie du Commodore 64 à nouveau, avec un prix allant de 250 $ pour le modèle le plus basique à 895 $ pour le modèle supérieur, un fait qui n’est pas passé inaperçu pour les nostalgiques de cet ordinateur légendaire qui, maintenant, ont une deuxième chance d’en obtenir un.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code