Une brève histoire de la monnaie : du troc à l’épargne

L’homme a toujours eu le besoin de donner de la valeur aux choses et de les échanger. C’est ainsi que le troc est apparu, puis l’argent et enfin la possibilité d’économiser et d’investir cet argent.

Comment l’argent a-t-il été créé ?

L’argent est une chose que nous utilisons tous les jours lorsque nous achetons différentes choses, mais nous y pensons rarement… d’où vient l’argent ? D’où vient l’argent ? Comment les gens payaient-ils les choses dans l’Antiquité ?

Origine de la monnaie : troc

La première chose qui est apparue comme un moyen d’obtenir de la nourriture et d’autres choses était le troc, mais peu à peu cela a changé, car c’était difficile, notamment parce que les deux parties devaient être intéressées par les produits échangés. En outre, ils devaient se mettre d’accord sur la valeur de ces objets afin que l’échange soit équitable.
Ainsi, le troc a commencé à être mis de côté et a évolué vers la monnaie.
En général, les denrées alimentaires telles que le sel, le maïs, le cacao, le poisson et la viande étaient échangées contre de l’or, de l’argent et/ou du bronze. Le problème est que ces métaux sont très lourds, car ils se présentent sous forme de lingots.

Évolution de la monnaie : les premières pièces

Pour peser ces lingots, on utilisait la mesure « shekel », qui leur donnait une certaine valeur. Par conséquent, en réalité, l’argent était pesé, et non compté. Ainsi, en fonction du poids de chaque lingot, une « valeur » et un nom étaient donnés à chaque pièce de ces matériaux, comme le « denier romain », origine du mot argent. Avec cela, nous pouvons maintenant parler du concept de l’argent.
La principale difficulté qui se posait au début de la monnaie était qu’il fallait la peser, il était donc nécessaire d’avoir une balance, mais tous les marchands n’en avaient pas. C’est là qu’est née l’idée des pièces de monnaie.
Les premières pièces de monnaie sont nées dans la Turquie moderne (Lydie au 7e siècle avant J.-C.), de l’idée du roi Argos. Les matériaux utilisés pour les fabriquer étaient l’or et l’argent, car ce sont les métaux les plus précieux à l’époque. Ainsi, un moyen plus facile et plus confortable d’échanger des produits a été créé, laissant de côté les céréales, les lingots et même le bétail.
La monnaie s’est développée dans plusieurs régions, jusqu’à ce qu’elle commence même à avoir des symboles ou des dessins sur ses faces. En fait, l’un des premiers à avoir son visage sur une pièce de monnaie était Alexandre le Grand. Comme les pièces étaient lourdes et devaient être transportées, il était un peu compliqué de les manipuler. En outre, il y avait le risque qu’ils soient volés. C’est ainsi que les billets de banque sont nés, comme une forme de reçu que l’on donnait pour échanger des objets.

Le papier-monnaie : les premiers billets de banque

Au XIe siècle, les premiers billets de banque ont commencé à apparaître de la main de l’empereur mongol Kubali Khan. Dans ce cas, les billets de banque étaient des certificats de l’existence d’un dépôt d’or dans une banque, ce qui est similaire à ce que nous connaissons aujourd’hui comme un chèque.
L’utilisation des billets de banque a continué à se développer. En Europe, les premiers billets de banque sont apparus en Suède en 1661, imprimés par le changeur Johan Palmstruch, qui les remettait comme reçu ou quittance à ceux qui déposaient de l’or ou de l’argent à la Banque de Stockholm. Ils sont arrivés en Espagne en 1780, sous le règne de Charles III, et leur utilisation est rapidement devenue populaire car ils étaient beaucoup plus pratiques à transporter que les pièces de monnaie.
Ainsi, il n’était pas nécessaire de porter le fameux sac plein de pièces, beaucoup plus voyant et lourd. Le chèque, quant à lui, est né de la pratique bancaire en Angleterre au XVIIIe siècle, mais ce n’est qu’au XIXe siècle que sa réglementation légale a commencé. C’est en Angleterre que la première loi sur les chèques a été adoptée en 1852. La France a suivi en 1865 et l’exemple a été suivi par d’autres pays.

Histoire des cartes de crédit

Au fil des années, des moyens plus faciles et plus rapides d’avoir de l’argent et d’acquérir diverses choses ont été nécessaires. C’est ainsi qu’en 1914, les cartes de crédit sont nées de la société Western Union, qui proposait à des clients sélectionnés une carte leur permettant de disposer d’une ligne de crédit sans frais. En 1958, la BankAmericard (aujourd’hui connue sous le nom de VISA) et l’Interbank Card Association (aujourd’hui connue sous le nom de MasterCard) ont été créées. La même année, American Express lance sa première carte de crédit en papier, mais un an plus tard, elle est remplacée par le plastique.
Qu’est-ce que l’épargne ?
Tout comme l’argent ou les différents moyens d’échange sont apparus, l’épargne a fait son apparition. Le mot « épargne » vient du Moyen Âge, plus précisément de l’arabe « hurr » qui signifie « libre ». Ce terme a évolué en « horro » qui signifiait donner la liberté aux esclaves ou aux prisonniers. Puis le mot a changé et a pris le sens de libérer quelqu’un de quelque chose, ce qui pourrait être lié au fait de laisser de l’argent libre de toute dépense ou d’épargner. Les premiers épargnants se trouvent dans l’Antiquité chez les Incas, les Chinois et les Égyptiens, qui conservaient une partie de leurs récoltes pour les périodes plus difficiles ou lorsqu’ils avaient plus de besoins.

La période féodale

Si l’on remonte au Moyen Âge, c’est là que ce que nous connaissons sous le nom d’épargne est apparu en tant que tel. En 1462 est née la première organisation d’épargne appelée Monte de Piedad, où les moines franciscains italiens protégeaient les biens de ses membres. Ils ont constitué un fonds commun qui contenait des bijoux, des pièces de monnaie, des aumônes et des aides de la Couronne. À un moment donné, ces économies n’étaient plus suffisantes et c’est alors qu’ils ont commencé à facturer des intérêts.
C’est ainsi que les premières banques ont vu le jour. Tout comme dans les temps anciens, les gens et les civilisations ont commencé à économiser cet argent supplémentaire ou une partie de leurs récoltes, il est important que nous économisions également, même si c’est peu. Il y a des produits tels que les fonds communs de placement, où vous pouvez investir votre épargne. Vous pouvez épargner pour vos projets à court, moyen et long terme, en fonction de vos objectifs financiers.
Si vous vous préoccupez de votre avenir et souhaitez avoir une meilleure retraite, vous pouvez investir dans un APV (épargne-pension volontaire). Il s’agit d’une épargne à long terme visant à améliorer le montant de votre pension où vous pouvez déposer l’argent supplémentaire qui vous reste à la fin du mois. Voir https://www.monbottin.fr/demande-de-credit-en-suisse/ pour en savoir plus

Histoire et évolution de la monnaie

Pour se plonger dans l’histoire et l’évolution de la monnaie, il faut d’abord comprendre son origine et la fonction qu’elle remplit dans la société. La monnaie est tout actif ou bien généralement accepté comme moyen de paiement par les agents économiques pour leurs échanges. Elle est apparue dans l’histoire pour pallier le manque d’efficacité du troc, qui a commencé à être utilisé au Néolithique avec les premiers établissements humains. Au début des sociétés humaines, la génération de surplus était pratiquement nulle, puisque les êtres humains ne chassaient que pour satisfaire leurs besoins immédiats. De même, la conservation des produits pendant l’hiver était pratiquement impossible en raison du mode de vie existant dans ces communautés, dont la principale caractéristique était la transhumance.

On ne sait pas quand les aliments ont commencé à être stockés et conservés afin de pouvoir être consommés plus tard sans se gâter. Bien que les chasseurs et les cueilleurs se soient déplacés à la recherche de nourriture et de meilleurs abris, le besoin vraiment pressant est apparu au cours de la période néolithique. À partir de cette époque, l’augmentation de la population a forcé le développement de nouveaux moyens pour soutenir les sociétés, comme l’agriculture et l’élevage, ce qui a généré le besoin de stocker de grandes quantités de nourriture pour les périodes de pénurie. Ainsi, les excédents des années de bonne récolte étaient échangés contre d’autres produits provenant de villages éloignés, donnant ainsi naissance au commerce. Pour conserver ces produits, des techniques telles que le séchage, le fumage, le salage et la salaison étaient utilisées. Selon la zone géographique, différentes techniques ont été utilisées. Par exemple, en Afrique, le séchage était utilisé, tandis qu’en Europe du Nord, les aliments étaient fumés et dans les régions côtières, le salage était courant.

Qui a inventé l’argent ?

Bien que le troc ait été autrefois un moteur important du commerce et des sociétés, il n’a plus été considéré comme une pratique viable au fil du temps. Fondamentalement, cela posait deux problèmes. D’une part, pour pouvoir procéder à un échange, deux personnes devaient avoir besoin du produit offert par l’autre. En d’autres termes, si une personne avait un excédent de fourrures et avait besoin de blé, elle devait trouver un producteur de blé qui était nécessairement intéressé par l’acquisition de fourrures, ce qui n’était pas toujours le cas. D’autre part, le troc ne permettait pas de définir la valeur réelle des biens, par exemple, quelle quantité de laine équivalait à deux pichets de vin ou si une vache avait la même valeur qu’un chameau. Pour résoudre cette situation, un produit a été pris comme valeur de référence, un élément qui a servi à réguler les échanges. Dans un premier temps, le bétail ou le blé ont été utilisés comme éléments de référence pour les échanges. Plus tard, ces éléments ont évolué vers d’autres plus faciles à manipuler, comme l’or, l’argent ou les sacs de sel. Plus précisément, l’utilisation du sel comme élément de rémunération du travail effectué a donné naissance au terme « salaire ».

Quelle est l’origine de l’argent ?

Selon l’historien grec Hérodote, les premières pièces métalliques sont apparues en Asie mineure au 8e siècle avant J.-C., lorsque le roi lydien Giges a entrepris de simplifier la collecte et le stockage des impôts. De toutes les pièces qui ont été frappées dans cette riche région, la plus célèbre est le lion de Lydie, dont l’avers présente la figure de ce félin. Il s’agit sans aucun doute de la plus belle pièce de monnaie de l’Antiquité classique, mais sa datation fait toujours l’objet d’un débat parmi les numismates.

 

Le développement des activités commerciales, notamment à travers l’Empire romain, a favorisé l’utilisation de pièces métalliques. Dès lors, ce sont les États qui ont le monopole de la frappe de la monnaie. Ces pièces comportaient généralement un sceau gravé : la figure d’un dieu, le buste d’un empereur ou tout autre symbole caractéristique de cette société. Ces marques garantissaient à la fois la pureté et le poids du matériau à partir duquel la pièce avait été fabriquée. En général, l’or et l’argent étaient préférés à d’autres matériaux comme le fer ou le bronze, en raison de leur incorruptibilité et de leur valeur. D’une part, ils avaient plus de valeur parce qu’ils étaient plus rares, et d’autre part, ils étaient pratiquement impossibles à contrefaire et pouvaient être stockés pendant longtemps sans se détériorer.

Comment étaient les premières pièces de monnaie ?

Les pièces dont la composition est la plus stable sont apparues dans la Grèce antique. Ils pesaient généralement entre 65 et 67 grammes et étaient principalement fabriqués en argent. La drachme est devenue la pièce universelle car elle avait la plus grande valeur intrinsèque. Le problème est apparu lorsque les réserves de métaux précieux se sont raréfiées. C’est alors que l’État a dû créer la monnaie fiduciaire, c’est-à-dire un type de pièces dont la valeur était inférieure à ce qu’elles reflétaient, puisqu’elles étaient fabriquées avec des matériaux plus courants comme le bronze ou le cuivre. Toutefois, ceux-ci étaient garantis par les réserves d’or et d’argent que le pays avait stockées dans le trésor public.

Caractéristiques de la première monnaie de papier

Aux 15e et 16e siècles, les pièces d’or et d’argent étaient encore utilisées dans les grandes transactions, mais elles ne pouvaient pas être conservées en sécurité dans les rues ou dans les maisons. Les orfèvres disposaient de coffres-forts et de chambres fortes pour garder les objets de valeur et l’argent en sécurité, ils ont donc commencé à proposer ce service à des tiers. Les gens apportaient leur or aux orfèvres pour qu’ils le gardent et en retour, les orfèvres délivraient des certificats nominaux attestant de leur possession. Ainsi, le propriétaire, sur présentation du chèque, pouvait retirer les pièces d’argent ou d’or lorsqu’il en avait besoin pour effectuer une transaction. Au fil du temps, ces certificats ont été progressivement utilisés pour effectuer des paiements sans qu’il soit nécessaire d’utiliser le métal qui les soutenait, ce qui a donné naissance au mouvement de la monnaie de papier, que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de billets de banque.

Comment la valeur de l’argent a-t-elle évolué au fil du temps ?

Depuis le XIXe siècle, le système monétaire qui prévalait était l’étalon-or, par lequel la valeur d’une unité monétaire était fixée en fonction d’une quantité d’or spécifique, jusqu’à ce que, en 1944, en raison des accords de Bretton Woods, le système monétaire change avec l’apparition de deux nouveaux protagonistes : le dollar et l’or. C’est ainsi qu’a été établie la convertibilité de la monnaie américaine avec l’or – au taux de 35 dollars pour 1 once d’or – et des autres monnaies avec le dollar. En 1971, le président des États-Unis, Richard Nixon, a établi la fin de l’étalon-or, initiant ainsi la fluctuation des monnaies. Depuis lors, nous utilisons un système fiduciaire dans lequel la monnaie n’a pas de valeur intrinsèque et est contrôlée et émise par les banques centrales de chaque pays, ainsi que par d’autres organismes supranationaux tels que la Banque centrale européenne pour les pays de la zone euro. Ainsi, la monnaie (papier, pièces ou numérique) n’a aujourd’hui aucun support en termes de métaux précieux, mais sa valeur repose sur la confiance de chaque individu dans le fait qu’elle sera acceptée comme moyen de paiement par les autres. Sans cette confiance mutuelle et cette acceptation sociale, les billets de banque que nous utilisons aujourd’hui ne seraient, littéralement, que du papier mouillé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code